Accueil Inde L’échec du Stock Kangri – Inde du nord

L’échec du Stock Kangri – Inde du nord

4
0
61

Raaaaagh. Je n’aime pas ce mot, mais alors vraiment pas! Vous l’aurez compris, nous n’avons pas atteint le sommet de Stok kangri. Frustration, déception, et énervement sont au rendez-vous. Le pire, c’est qu’on a dû rebrousser chemin à cause d’une très mauvaise organisation, d’un guide incompétent, et de certaines personnes de notre groupe qui étaient venues se promener (nous étions 7 finalement). Bordel, monter un 6000m, c’est pas juste une randonnée, il fait froid, ça monte, c’est pas simple!

Je vais tenter un petit résumé de ce trek, qui malgré tout était fabuleux encore une fois. Nous sommes partis de Stok, un petit village à côté de Leh dans le ladakh en Inde. Les 2 premiers jours ont été plutôt faciles, 4hrs, et 2hrs de marche. Les camps de base sont bien différents de ceux que j’ai connus au Népal. Ici, tentes, neige, pas de pizzas, mais le plus impressionnant fut les toilettes: un petit cabanon, avec un trou et une accumulation de choses et d’autres dans ce trou plutôt asphyxiantes… Mais le fait de laisser la porte ouverte évacuait la plupart des odeurs, et permettait une vue magnifique sur la vallée et les montagnes enneigées!!! Une expérience intéressante. Je mettrai une photo de ces toilettes dans peu de temps. Hormis le fait que notre guide est arrivé le 1er jour encore bourré de la veille, et qu’on a dû l’attendre de temps en temps pendant ce 1er jour de marche, tout c’est plutôt bien passé.

Puis la fameuse nuit est arrivée, ce qui n’était pas plus mal car il est difficile de dormir à cette altitude (5000m).  Du coup se réveiller pour aller marcher en pleine nuit au lieu de se retourner dans un duvet sous une tente, c’est bizarre mais pas trop dérangeant… Réveil 1h, au lieu de 23h30 (cela peut sembler être un point positif, mais avec la neige qui tombe, et qui fond dès que le soleil apparait, il faut rentrer le plus tôt possible pour ne pas s’enfoncer sur le chemin du retour!), premier point négatif.

Nous commençons à marcher, lampe frontale sur le front, et grosses chaussures au pied. Une bonne montée pour attaquer, puis nous devons nous aventurer dans la neige pendant deux à trois heures, avant de traverser un glacier, avant d’attaquer la montée finale (600m de dénivelé dans une pente à 30 degrés… piolet indispensable). Une fois en haut, il reste encore à longer une arête pour atteindre le sommet.

Après 3hrs de marche, enfin plutôt 2hrs effectives, le reste du temps est passé à attendre les retardataires, une personne se plaint d’avoir les pieds congelés, et de ne plus pouvoir avancer. Pas de problème, le plus important: la santé avant tout. On en informe notre guide. J’ai admiré sa réponse: « bien, alors tu dois faire demi-tour tout seul, nous on continue ». Wouf, un petit coup de moutarde dans mon nez: comment un guide peut dire à quelqu’un qui se sent mal de retourner tout seul au camp de base, de nuit en plus! Je donne mon opinion au guide, qui me répond gentiment que s’ il ne rentre pas tout seul, alors tout le groupe doit retourner au camp de base! 30mn de discussion (-7 degré, sous la neige, il fait vite froid lorsque l’on s’arrête de marcher)  nous décidons de continuer. 20mn plus tard, Diego se plaint également d’être extrêmement fatigué. Nouvel arrêt, ils décident de retourner tout les 2 au camp de base. Nous sommes au pied du glacier, la neige fraiche a recouvert les crevasses. Il nous faut nous encorder, le guide en tête. Mais non, le guide nous dit que cela n’est pas nécessaire, et que de toute façon, avec toute cette neige il ne sera pas possible de monter au sommet, il nous faudra nous aussi faire demi-tour après le glacier. Le ciel se dégage, mais 2 personnes décident également de s’arrêter ici. On attend, on attend, il fait froid, je deviens fou.On rentre finalement au camp, il s’est arrêté de neiger sur le chemin du retour, et il faisait soleil à l’arrivée. Il a fallu 4hrs pour arriver ou on était, il m’a fallu une heure pour rejoindre ma tente.

Je redeviens énervé en racontant cela, mais malgré tout, c’était une très belle expérience. Et nous avons imposé à l’agence de merde nous ayant vendu ce trek, une bonne réduction pour s’être foutu de nous. Ce n’était pas la moins chère pour rien.

Nous sommes redescendus à Stok dans la journée au lieu du lendemain, car Diego s’est retrouvé avec le mal des montagnes. Heureusement, un trekkeur compétent a pu le prévenir, nous prévenir, et prévenir notre guide que c’était le mal des montagnes. Je pensais que c’était simplement un excès de fatigue. Le « pseudo guide » n’avait même pas réagi. Diego s’est senti mieux dès qu’il est redescendu.

Bref, frustration et déception. Le temps nous aurait probablement empêchés d’atteindre le sommet, mais ce que je regrette vraiment est de ne pas avoir essayé.

Après un bon restaurant hier, et une bonne nuit de sommeil, nous partons ce matin déjeuner avec Diego. Robert, un bon marcheur autrichien qui était dans notre groupe, arrive au même endroit pour déjeuner également. Il nous annonce qu’il veut retenter l’ascension. Je me dis: « Oh cool, pourquoi pas ». Je lui demande: « Quand? ». Il me répond: « Dans 2hrs ». Je me dis: Le con! Je réfléchis, mais non je ne peux pas repartir aujourd’hui alors que nous sommes rentrés hier, avec 10hrs de marche dans les jambes, en s’étant levés à 1h du mat! Putain le con!

Donc je repars demain. Je rejoindrai Robert, et un américain qu’il a rencontré, au 2nd camp de base directement. Je gagne un jour de repos, je monte au camp directement, et je retente l’ascension, mais dans de bonnes conditions cette fois. Je vous dis à nouveau dans trois jours après cette nouvelle tentative…

 

 

  • Carte de l’Inde.

    Je suis en France depuis quelques jours, et je repars dans quelques jours. Voilà un séjour…
  • Le Taj Mahal d’Agra – Inde

    Le Taj mahal à Agra en Inde, un monument qui me fascine depuis que je suis tout petit, puz…
  • Haridwar – Inde

    Incredible India, et oui, encore et toujours. Un peu trop même ici à Haridwar. Parfois je …
Charger d'autres articles liés
  • Koh Phan gan

    Koh Pha Ngan – Thaïlande

    De retour en Asie après presque deux ans en Europe. C’est pas désagréable ! Après qu…
  • Pêche et filet.

    Une belle journée aujourd’hui : presque pas de poissons (mais chut faudrait pas qu&r…
  • Cabillaud

    Un beau cabillaud – Norvège

    Une belle prise en mer des barents le 18/01/2013. Le trip devrait se finir lundi 21/01 ver…
Charger d'autres écrits par journaldunvoyageur2
  • Carte de l’Inde.

    Je suis en France depuis quelques jours, et je repars dans quelques jours. Voilà un séjour…
  • Le Taj Mahal d’Agra – Inde

    Le Taj mahal à Agra en Inde, un monument qui me fascine depuis que je suis tout petit, puz…
  • Haridwar – Inde

    Incredible India, et oui, encore et toujours. Un peu trop même ici à Haridwar. Parfois je …
Charger d'autres écrits dans Inde

4 Commentaires

  1. maman

    18 juin 2009 à 12:20

    Waouh !
    D’après ce que je sais du mal des montagnes, ce que tu fais, descendre puis remonter, est la meilleure façon de bien s’acclimater.
    J’ai trouvé un site qui explique bien ce que c’est: http://www.zonehimalaya.net/Expedition/altitude.htm ou bien http://www.alpinisme.com/FR/info-montagne/mam/index.php?fic=mam . En gros, toute grande fatigue, mal de tête, nausée, perte d’appétit, sensation de vertige, insomnie doit être considéré comme mal des montagnes; s’il ya des troubles du comportement, de la confusion, crachats sanguinolents, c’est très sérieux et il faut impérativement redescendre ou être redescendu.
    J’avais potassé un peu cela quand je pensais m’aventurer au sommet du kilimandjaro.
    Je suis fière de ton sens des responsabilités.
    Prends bien soin de toi
    Je t’embrasse fort
    Maman

  2. Cao

    18 juin 2009 à 18:07

    Bon courage pour ta nouvelle tentative.
    Je penserai à toi.
    Bises

  3. Eric

    18 juin 2009 à 19:28

    J’ai appris en montagne qu’il fallait y aller si on en avait envie à condition de renoncer si on sent le moindre danger.
    Bonne chance , fait toi plaisir
    Papa

  4. juan-lucas

    21 juin 2009 à 10:49

    salut pierrot, j’ai tjrs autant de plaisir à te lire, voir tes photos depuis la rue burdeau on peux voyager avec toi, un vrai bonheur. je viens de rentrer de rdc et du rwanda, je suis sûr que tu aimerais ces décors, volcans, animaux, verdure et altitude. mais, pays en guerre, ça c’est moins drôle. je suis content, j’y retourne dans qlqs mois pour la suite d’un film que j’ai la chance de pouvoir faire, reste à trouver un peu de fric pour le produire. isabelle pour changer, est à la havane. je demanderais à alex la suite de tes projets, à un de ces jours. plein de bonnes choses. des bises et des poignets de mains… jean-luc…

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Oslo (-20°) – Bangkok (+35°)

C’est fou comme 10 heures d’avion peuvent faire plaisir. Il fait bien bien moi…